Mettez fin au financement des énergies fossiles par le Canada

En plein cœur d’une urgence climatique qui s’intensifie, le Canada continue d’être l’un des plus grands promoteurs d’énergies fossiles au monde. Cela est dû au soutien imposant accordé chaque année aux sociétés pétrolières et gazières par Exportation et développement Canada, une société de la Couronne.

10 premiers pays en tête du G20 en ce qui a trait au financement public des énergies fossiles par rapport aux énergies renouvelables (2018-2020)Entre 2018 et 2020, le Canada a accordé plus de financement public pour les énergies fossiles que tout autre pays du G20. La quasi-totalité de ce financement provient d’Exportation et développement Canada (EDC), qui a octroyé en moyenne 13,6 milliards de dollars par an en soutien à des sociétés pétrolières et gazières canadiennes et étrangères.

Above Ground et plus d’une centaine d’autres organisations de la société civile ont demandé à Ottawa d’ordonner à EDC de mettre fin immédiatement à son soutien aux énergies fossiles, au Canada et à l’étranger. Cela est nécessaire pour éviter un réchauffement catastrophique de plus de 1,5°C qui, selon les experts, demande l’arrêt immédiat du développement de tous les nouveaux gisements de pétrole et de gaz, et implique de laisser inexploitées la grande majorité des réserves de sables bitumineux du Canada.

Un petit pas (ou deux) dans la bonne direction

Lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) en novembre, le Canada s’est joint aux États-Unis, au Royaume-Uni et à des dizaines d’autres pays pour s’engager à mettre fin à certains types de soutien au développement des énergies fossiles à l’étranger d’ici la fin de 2022. Ottawa estime que cet engagement aura une incidence d’environ 1 milliard de dollars par année sur le financement provenant d’EDC.

Cela ne représente cependant qu’une fraction du financement global d’EDC pour les énergies fossiles, dont une grande partie est destinée à des projets et à des entreprises au Canada. Au cours des dernières années, ce soutien interne a inclus des milliards en prêts à des projets tels que les pipelines Trans Mountain et Coastal GasLink, ainsi qu’aux principaux acteurs du pays dans le secteur des sables bitumineux.

Le gouvernement fédéral s’est également engagé à éliminer progressivement le financement des énergies fossiles au Canada, mais n’a encore pris aucun engagement d’échéancier. Les ministres des Finances et de l’Environnement ont été chargés d’élaborer le plan, avec un échéancier d’élimination graduelle devant être annoncé d’ici quelques mois.

Le moment est venu pour les Canadiens de s’exprimer

Avec l’échéancier d’élimination graduelle du gouvernement présentement en cours d’élaboration, le moment est venu pour les Canadiens de prendre la parole et de dire à Ottawa que pour limiter le réchauffement à 1,5°C il faut mettre fin au financement canadien des énergies fossiles – dans son entièreté – dès aujourd’hui.

Cela signifie mettre fin au soutien public à toute production pétrolière et gazière, ainsi qu’aux infrastructures telles que les pipelines ou les raffineries. Et cela signifie qu’il ne peut y avoir aucune échappatoire pour les entreprises qui utilisent le captage et le stockage de carbone, une technologie qui encourage l’augmentation de la production et des émissions de pétrole tout en prolongeant notre dépendance à l’égard des énergies fossiles.

Pour en apprendre plus