Des défenseurs des territoires autochtones portent leur combat contre TC Energy à Ottawa

Une délégation de défenseurs des territoires a visité Ottawa en octobre pour dénoncer les projets de gazoducs de TC Energy. Salvador Aparicio Olvera, un défenseur du territoire otomi qui s’oppose au gazoduc Tuxpan-Tula, est venu du Mexique pour se joindre au chef Na’Moks et Eve Saint, défenseurs des territoires wet’suwet’en, qui s’opposent de leur côté au gazoduc Coastal GasLink. Les deux projets traversent des territoires autochtones et font face à une forte résistance à l’échelle locale.

Délégués à l’Université d’Ottawa. De gauche à droite : Eve Saint, chef Na’Moks, Salvador Aparicio Olvera, Anna Zalik, Eliana Acosta Márquez, et la traductrice Arelis Medina.

TC Energy (auparavant TransCanada) est une entreprise canadienne qui mène des projets dans toute l’Amérique du Nord. Le gazoduc qu’elle construit au Mexique, le Tuxpan-Tula, traversera les terres des communautés Otomi, Nahua, Totonac, Tepehua et mestizo dans les états de Veracruz, Puebla et Hidalgo. Au Canada, TC Energy a déjà construit le gazoduc Coastal GasLink, non encore opérationnel, qui traverse le territoire wet’suwet’en en Colombie-Britannique. Les défenseurs des territoires autochtones allèguent que les deux gazoducs porteront préjudice à l’environnement et nuiront au mode de vie des membres des populations autochtones.

Les infractions aux normes environnementales dans la construction du Coastal GasLink ont déjà entraîné des amendes de plus de 800 millions de dollars aux filiales qui mènent le projet. Au Mexique, le projet Tuxpan-Tula est bloqué à la suite de poursuites intentées par des groupes autochtones qui invoquent des illégalités, dont un manquement à la tenue de consultations.

Pendant leur séjour à Ottawa, les délégués, accompagnés d’Above Ground et de Peace Brigades International, ont présenté leurs griefs à l’un des financiers majeurs de TC Energy : Exportation et développement Canada (EDC). EDC a accordé un financement public d’au moins un milliard de dollars à TC Energy entre 2001 et 2020. Cette somme comprend un prêt de 500 millions de dollars à Coastal GasLink, deux opérations de financement au Mexique et de multiples prêts à des « fins commerciales générales ».

Les membres de la délégation ont également rencontré des représentants du Bureau de l’Ombudsman canadienne de la responsabilité des entreprises (OCRE) et d’Affaires mondiales Canada (AMC) pour les exhorter à mieux contrôler les activités internationales de TC Energy.

Lors d’un événement public à l’Université d’Ottawa, les délégués ont rapporté subir des tactiques, prétendument utilisées par TC Energy et les gouvernements, pour encourager les projets. Ils ont évoqué de l’intimidation et du harcèlement de la part des forces policières et de la résistance devant leurs revendications de statut autochtone et de souveraineté. Ils ont également fait référence aux raisons invoquées par les décideurs pour justifier la construction de gazoducs sur la base de la sécurité énergétique à l’échelle nationale.

Salvador Aparicio Olvera a parlé de l’importance de protéger la vie – la vie des gens, de la terre et de l’eau – et a qualifié les projets de gazoducs qui les menacent de « projets de mort » (proyectos de muerte). De leur côté, le chef Na’Moks et Eve Saint ont souligné l’importance de protéger les modes de vie autochtones, incluant la protection de la terre et de l’eau.


Cette courte vidéo de 2023, réalisée par des activistes à Puebla au Mexique, démontre le combat contre le gazoduc Tuxpan-Tula. Elle a été projetée à la conférence publique à Ottawa le 16 octobre 2023.


Les défenseurs des territoires ont affirmé que le fait de joindre leurs forces d’opposition aux gazoducs leur fournit le soutien stratégique et la motivation nécessaires pour poursuivre leurs efforts. Ils ont souligné l’importance du respect de la souveraineté autochtone et insisté sur le fait qu’elle ne peut être éclipsée par des intérêts industriels et gouvernementaux. Comme le chef Na’Moks l’a exprimé en plusieurs occasions quant à la participation à cette délégation : « Nous voulons que vous voyiez que nous sommes des êtres humains ».



Ce documentaire de 2019 illustre la bataille des Wet’suwet’en contre le gazoduc Coastal GasLink et a également été projeté à la conférence à Ottawa.

partager